Roseraie

Katja Stojetz s'engage dans un projet de roseraie en Tunisie

Transformer un site voué à l’abandon en un projet de développement durable intégré, c’est ce qu’a réalisé, en une décennie, le Groupement de Développement Agricole (GDA) de Sidi Amor. Dès le lendemain de la Révolution de Jasmin en janvier 2011, Katja Stojetz s'est personnellement investie dans cette aventure, prodiguant ses conseils dans le cadre de l'une des activités phare du GDA: la distillation d'huiles essentielles.


C’est sur les hauteurs du petit village de Sidi Amor, à une quinzaine de kilomètres de Tunis, que j'ai trouvé ce havre de paix, où le temps semble y être suspendu. Là, je fais la connaissance d'un passionné de rose, le Docteur Ben Miled, qui se lance dans la transformation d’un terrain délaissé et menacé, « où il n’y avait pas un arbre ». Aujourd’hui, le lieu est d’une beauté mystérieuse, tant par son authenticité que par la tranquillité qu’il dégage.



Je décide en 2011, avec Laurent mon mari, que nous allons nous investir et donner de notre temps pour faire vivre une activité de distillation destinée, à termes, à faire vivre les femmes aux alentour de Sidi Amor. D'autres initiatives suivront dans ce sillon: céramique, agroforesterie, vannerie, apiculture, ferronnerie, ou encore l’éco-construction. Devant l'engouement et le potentiel, la Banque mondiale décide de soutenir un projet de retraitement des eaux usées pour alimenter le domaine et ses centaines d'espèces.

Katja Stojetz - Fondatrice


Vu récemment
Aucun produit

Menu