Catalogue

Conditionnement
  • 5 ml (2)
  • 15 ml (1)
  • 2 ml (4)
  • 1 ml (3)

Absolues

Apparue dès la plus haute antiquité, la parfumerie met en œuvre divers procédés pour isoler les substances odorantes à partir des structures végétales ou animales qui les contiennent. Obtenues par extraction et éventuellement transformées, les essences issues de ces processus plus ou moins élaborés se présentent sous des formes propices à leur utilisation par l'Homme. La concentration en substances odorantes, accessoirement leur viscosité diminuée par rapport à la matière première dont elles sont extraites, caractérisent ces essences. La pluralité des méthodes d'obtention et des étapes intermédiaires ont donné lieu à un lexique abondant pour désigner les produits finis ou en phase de transformation. Baumes, cires, concrètes, résinoïdes, pommades font notamment partie des nombreux avatars ou résidus dont sont extraites les essences pures constituant les parfums. Malgré la sophistication croissante des méthodes (dont la plus récente utilise le dioxyde de carbone supercritique), la distinction ancienne entre produits obtenus par distillation et parfums générés grâce aux solvants volatils demeure pertinente.

Lire la suite
Résultats 1 - 8 sur 8.

Définition et procédés d'obtention d'une essence absolue

Les absolues sont des concentrés de substances aromatiques obtenus par extraction avec un solvant volatil. Pour simplifier, par solvant volatil, on entend un solvant dont le point d'ébullition est plus bas que l'eau (moins de 100 C°). Il peut s'agir notamment d'éthanol. L'une des qualités de ces solvants est de créer volontiers des affinités avec des substances complexes aromatiques hydrophobes (qui ne se mélangent pas à l'eau). Les solvants volatils prennent donc le relais de l'eau pour ce qui est de dissoudre ces dernières. La différence entre une huile essentielle et une absolue tient d'ailleurs à la présence ou non d'un solvant volatil dans les étapes de production, l'huile essentielle étant souvent issue d'une distillation ayant l'eau pour vecteur.

On obtient une absolue à partir de trois produits semi-finis qui sont la concrète, la pommade fleurale ou le résinoïde. La pommade fleurale est en fait une concrète obtenue dans le cadre de l'enfleurage, un procédé désormais désuet dans la parfumerie moderne. La concrète a généralement une consistance pâteuse correspondant au mélange solvant/matière première aromatique avant son lavage à l'alcool. De même, le résinoïde est l'extrait odoriférant issu des gommes ou résines avant la purification.

Utilisation des absolues dans la cosmétologie

La très forte concentration d'extraits végétaux dans les absolues implique une grande densité de principes éventuellement actifs chimiquement. Ceci explique qu'elles sont savamment dosées et diluées avant intégration dans les produits commerciaux, à usage cosmétique notamment. De plus, leur composition moléculaire leur interdit de traverser la peau, ce qui les exclut de fait de l'aromathérapie, au contraire de leurs proches parentes les huiles essentielles. Mélangées à des composés synthétiques, elles ont cependant été à l'origine de certains succès retentissants dans le domaine de la parfumerie, le N°5 de Chanel étant probablement le plus connu. Elles sont parfois vendues individuellement, généralement très diluées, pour permettre à des amateurs de composer des parfums entièrement personnalisés. La vanille, la rose, la tubéreuse, le jasmin, voire la camomille romaine et le genêt, sont les plantes les plus diffusées dans cette forme.