Les huiles essentielles de Provence

En raison de leurs multiples propriétés, les huiles essentielles sont prisées aussi bien par les particuliers que dans le monde de l’industrie. Grâce à la qualité des sols et à l’ensoleillement, la Provence est un terroir favorable pour la culture de plantes propices à leur fabrication. Les tiges et les épis récoltés servent à l’extraction à la vapeur des huiles essentielles au sein de distilleries. Pures et naturelles, les huiles essentielles de Provence font partie des meilleures disponibles sur le marché. L’huile essentielle de Provence se décline à travers différents types aux propriétés et aux applications spécifiques. Nous verrons ici la nature de ces huiles essentielles, leurs types chimiques ainsi que leurs propriétés, puis leurs utilisations possibles.

Les types d’huiles essentielles de Provence

En France, un grand nombre d’huiles essentielles sont conçues à partir de plantes cultivées en Provence. Les principales à être utilisées dans cette optique sont :

  • la lavande
  • le lavandin
  • le genévrier
  • la menthe citronnée
  • l’origan
  • le pin sylvestre
  • le romarin
  • la sauge sclarée
  • et le thym.


La lavande et le lavandin sont des « plantes à parfum » emblématiques de la région, où on les cultive sur près de 20 000 hectares, essentiellement dans les Alpes-de-Haute-Provence, le Vaucluse et la Drôme. Issue d’un produit noble cultivé surtout en montagne, l’huile essentielle de lavande fine est très appréciée en parfumerie et en aromathérapie. Il existe une AOP huile essentielle de lavande de Haute-Provence à la qualité certifiée. Le lavandin est un croisement plus commun entre la lavande fine et la lavande aspic, dont la culture se situe surtout entre 200 et 700 mètres d’altitude. Le plateau de Valensole est son bassin de production le plus important. Lavande et lavandin sont aussi cultivés dans les Baronnies, le bassin de Banon et sur le plateau de Sault. La récolte s’étale entre la fin du mois de juin et la fin du mois d’août pour les zones montagneuses.

De nombreuses autres plantes provençales sont employées pour l’extraction d’huiles essentielles. On peut citer parmi elles le genévrier, cet arbuste touffu très répandu en montagne dont les branches servent à la distillation d’huile essentielle. Il en va de même pour le pin sylvestre, arbre emblématique de la région, dont l’huile possède des vertus antiseptiques. La menthe citronnée, cultivée dans les sols humides, est une plante herbacée dont les feuilles, ramassées puis séchées, sont également utilisées dans ce processus. Arbrisseau commun en Provence, l’origan donne une huile essentielle aux propriétés antibactériennes. Le thym et le romarin permettent de fabriquer des huiles essentielles toutes deux très appréciées. Enfin, la sauge sclarée est une plante aromatique dont l’huile essentielle est recherchée en parfumerie. Elle est cultivée en Provence par une centaine de producteurs sur une superficie avoisinant les 1000 hectares.

Chémotypes et propriétés des plantes de Provence

Si les huiles essentielles de Provence sont des produits à ce point populaire, c’est parce qu’elles possèdent, en fonction des plantes utilisées dans sa composition, un grand nombre de propriétés. Celles-ci sont définies par le type chimique (ou chémotype) de chaque plante, au centre des pratiques liées à l’aromathérapie.

  • Les principaux composés aromatiques de la lavande fine sont l’acétate de linalyle et le linalol. La lavande est connue pour ses propriétés relaxantes et pour son parfum, qui fait de son huile essentielle un produit incontournable en parfumerie.
  • Le lavandin possède des molécules identiques à la lavande, auxquelles s’ajoutent de l’eucalyptol et du camphre. Ses vertus sont essentiellement relaxantes, mais aussi antalgiques et anti-infectieuses.
  • Le chémotype du genévrier est dominé par l’alpha-pinène, le béta-myrcène et le béta-pinène. Son huile essentielle est réputée pour ses capacités antiseptiques et anti-rhumatismales.
  • La menthe citronnée réunit dans son chémotype de la menthone, du menthol, de l’acétate de menthyle ainsi que du citronellol. Ses propriétés toniques et stomachiques (facilitant la digestion) sont bien connues.
  • Le carvacrol et le thymol sont les principales molécules entrant dans le chémotype de l’origan. Son huile essentielle est réputée pour avoir les propriétés antibactériennes les plus effectives.
  • Tout comme pour le genévrier, le chémotype du pin est centré sur l’alpha-pinène et le béta-myrcène, auxquels s’ajoute le camphène. L’huile essentielle de pin est utilisée comme tonique et antibactérien.
  • Le romarin compte trois chémotypes principaux, à camphre, à cinéole et à verbénone. Le premier possède des propriétés anti-inflammatoires, le deuxième des vertus antiseptiques et le dernier des propriétés cholagogues (facilitant l’élimination de la bile).
  • A l’image de la lavande, la sauge sclarée possède un chémotype régi par l’acétate de linalyle et le linalol. Ses vertus sont principalement anti-infectieuses et antibactériennes.
  • Le thym regroupe quant à lui sept chémotypes, les plus importants étant le thym à carvacrol et le thym à thymol. Il fait office d’antiseptique général et de fongicide.

Les différents usages des huiles essentielles de Provence

Les huiles essentielles de Provence se distinguent par la variété de leurs utilisations possibles. Ce sont des produits polyvalents qui peuvent être employés dans les domaines suivants :

  • l’aromathérapie
  • la cosmétique
  • la parfumerie
  • le bien-être
  • l’entretien de la maison
  • la purification de l’air
  • ou encore la cuisine.

Leur utilisation à des fins médicales est possible en fonction de leurs différents composés chimiques. L’huile essentielle de lavande, sédative et hypotensive, est incontournable en aromathérapie. L’huile essentielle de genévrier permet de diminuer les douleurs, alors que celle d’origan contribue à combattre les infections. L’huile essentielle de romarin à verbénone renforce quant à elle le système immunitaire.

Dans le domaine de la cosmétique, les huiles essentielles de sauge sclarée et de thym sont employées pour leurs propriétés dermatologiques. Des soins cutanés à base d’huile essentielle de lavande sont également courants.

La parfumerie industrielle apprécie depuis longtemps l’huile essentielle de lavandin, qui bénéficie d’un faible coût de production. Le secteur de la parfumerie est également friand de l’odeur ambrée de l’huile essentielle de sauge sclarée.

Les huiles essentielles peuvent aussi être utilisées comme huiles de massage. C’est le cas pour celles disposant de propriétés toniques et relaxantes, comme les huiles essentielles de lavande et de pin sylvestre.

Pour l’entretien de la maison, les vertus antibactériennes de l’huile essentielle de lavandin font merveille. Celle de lavande peut être employée comme antimite par ailleurs.

Dans chaque pièce de la maison, l’air sera assaini par la diffusion d’huiles essentielles spécifiques, comme celle de lavande fine avec son parfum délicat.

Enfin, les huiles essentielles bio peuvent entrer dans la composition de recettes de cuisine. L’huile essentielle de menthe citronnée est à ajouter dans une marinade ou pour des variations sucrées (crème brûlée, ganache), tandis que celle de lavande convient bien aux compotes et aux confitures. L’huile essentielle de thym peut aussi être incorporée à la pâte d’un clafoutis salé.

Mis en ligne le 30/03/2017 par Huiles & Sens Questions aromathérapie 2579

Menu