Parfum Sissi

Eau de Parfum historique pour Femme : Bergamote, Violette & Iris, Vanille

Nouveau produit

Eau de Parfum historique pour Femme : Bergamote, Violette & Iris, Vanille

Plus de détails

149.00 €

  • 100 ml - 149.00€
  • 6 ml - 29.00€
Ce produit n'est plus en stock

Quantité

 
En savoir plus

"L'eau de parfum Sissi" est un parfum à base de vanille qui laisse à fleur de peau une sensation tactile de velours. Nicolas de Barry a ajouté une note florale distillée par la violette, un peu facétieuse, et l’iris, avec pour note de tête une bergamote fraîche et légère.

Porter l’indomptable, "l’eau de l’impératrice Sissi" c’est devenir une amazone que la destinée entraîne sur des routes pavées d’aventures romanesques, comme l’expression d’un nouveau romantisme, celui des jeunes filles auxquelles malgré tout, un baiser fait encore monter le rouge aux joues.

Un parfum qui vous donnera l’aura d’une personnalité libre, fantaisiste et entière.

Bergamote
Violette & Iris
Vanille

Ce parfum fait partie de la collection des "Parfums historiques" crées par Nicolas de Barry.

Élisabeth d’Autriche, dite Sissi née à Munich en 1837, fût tout d’abord l’impétueuse petite duchesse de Bavière, élevée dans un environnement sans manières ni contraintes qui en véritable garçon manqué en jupon, jette les convenances aux orties au nom de la liberté. Puis elle deviendra impératrice d’Autriche et reine de Hongrie. Adolescente de quinze ans lorsqu’elle épouse François Joseph, futur monarque d’Autriche et initialement destiné à sa sœur aînée, elle est loin de la jeune femme amoureuse du prince charmant. Par ailleurs, elle supporte difficilement la pesante étiquette viennoise qui l’éloigne de ses enfants. En effet, Sissi la frondeuse qui a apporté une véritable bouffée d’air pur à cette cour restée guindée et passéiste déroge très vite à son rang contraignant d’impératrice pour laisser libre cours à sa vraie personnalité.
Grâce à sa soif inaltérable de liberté, elle voyagera beaucoup pour s’extraire de cette cour étouffante qui telle la mouette à laquelle beaucoup la comparent s’est égarée au gré de ses voyages sans jamais trouver le port de la sérénité. Aimant chevaucher à bride abattue pour entretenir sa forme physique, l’impératrice amazone ambitionne aussi d’être une grande poétesse et laissera dans ses archives pas moins de cinq cents pages manuscrites. Libérale et fantasque, Sissi dénote dans cet environnement froid et austère. Républicaine de cœur, elle a aussi ce terrible sentiment prémonitoire que la monarchie autrichienne, basée à Vienne, jusqu’alors métropole cosmopolite qui se nourrit de nombreux brassages culturels et où elle tient pourtant une place éminente, est caduque et vouée à disparaître.

Protectrice des arts, elle brille au siècle des lumières sous le pinceau de Maurice-Quentin Latour, Van Loo et bien d’autres. Elle s’intéresse aux nourritures spirituelles et fait salon à Trianon, demeure que lui fera construire le roi. Elle encourage la création artistique à la manufacture de porcelaine de Sèvres qui connaîtra grâce à elle un rayonnement culturel sans précédent en France et en Europe. On parle même d’un style Pompadour qui se retrouve aussi bien dans le mobilier que dans l’architecture. Organisatrice et ordonnatrice des plaisirs du roi et de la cour, elle dépense beaucoup d’argent, certes, mais pour faire de la France et de la cour royale une vitrine de l’art de vivre.

Vouant un véritable culte narcissique à sa beauté qui n’était pas seulement un don mais le résultat d’une discipline sévère, elle séduira toute sa vie ceux qui l’approchent. Tour à tour adorée ou critiquée, elle ne laissera personne indifférent. A ce titre, un soin tout particulier à sa chevelure qui lui tombait jusqu’aux chevilles et qui pesait cinq kilos est relaté par les historiens. Celui-ci durait trois heures chaque jour. De même, le lavage était un rituel qui occupait toute la journée et avait lieu toutes les trois semaines. Une mixture à base de trente jaunes d’œufs crus mélangés à du cognac était étalée avec un pinceau en masque qui devait agir pendant pas moins d’une heure. Outre ce soin, Sissi se rinçait chaque jour les cheveux avec une lotion de vanille qu’elle confectionnait elle-même. C’est ce que rapporte l’historien autrichien Andreas Augustin qui s’est plongé dans sa biographie. De même, le jasmin et la violette figuraient parmi ses fleurs préférées. Elle utilisait cette dernière pour se parfumer comme toutes les dames de son époque : une violette provenant de Parme ou de Paris.

La Maison de Haute Parfumerie Nicolas de Barry
Eau de Parfum - Flacon 100 ml ou 60 ml

Ecrivez un commentaire

Parfum Sissi

Eau de Parfum historique pour Femme : Bergamote, Violette & Iris, Vanille

Ecrivez un commentaire

Vu récemment

Menu