Parfum Mumtaz-i Mahal

Eau de Parfum historique pour Femme : Rose blanche, Rose d'Inde de l'Himalaya, Santal

La Maison de Haute Parfumerie Nicolas de Barry

    Nouveau produit

    Eau de Parfum historique pour Femme : Rose blanche, Rose d'Inde de l'Himalaya, Santal

    Plus de détails

    149.00 €

    • 100 ml - 149.00€
    • 6 ml - 29.00€
    Ce produit n'est plus en stock

    Quantité

     
    En savoir plus

    Pour créer le parfum de Mumtaz-i Mahal Nicolas de Barry s’est transformé l’espace d’un instant en parfumeur du couple impérial. Il a dédié une ode à la rose, la fleur préférée de l’empereur Akbar, que Mumtaz humait souvent sur les miniatures persanes qui la dépeignent. Un parfum floral et poudré mais de caractère pour une personnalité cultivée, esthète et quelque peu artiste.

    Porter l’eau de parfum Mumtaz-i Mahal c’est marquer sa différence par sa grâce et sa volupté et vouloir séduire par sa beauté ainsi que son intelligence. A l’image de Mumtaz, il n’est pas dans votre intention de jouer les suivantes mais bien au contraire de rayonner grâce à la puissance de votre amour.

    Rose blanche
    Rose d'Inde de l'Himalaya
    Santal

    C’est d’ailleurs elle qui a arrangé son mariage avec le prince Khurram, qui allait devenir l’empereur Shah Jahan. Elle devait également marier son fils issu du premier lit avec la fille de Jahangir pour sceller une véritable alliance matrimoniale. Le 10 mai 1612, jour des noces tant attendues, les jeunes promis, Khurram et Arjumand, furent escortés au son des trompettes et des dholaks jusqu’à la maison de la mariée. Le seuil de la porte franchi, ils marchèrent sur le rangoli, composé de jasmin dessiné à la poudre de riz, de délicats boutons de roses, de feuilles de manguier tracées à la poudre verte, d’hibiscus rouges, de pétales de roses et de feuilles triangulaires de pipal veinées de brun.

    Par cette cérémonie, elle n’était que sa troisième épouse mais deviendrait sa seule favorite à l’avenir, ce que révèle son nom d’épouse : Mumtaz-i Mahal, l’élue du palais. On ne sait pas grand chose d’elle hormis le fait qu’elle était d’une grande beauté, entretenue au cœur du zenana. Les poètes contemporains de la cour l’ont unanimement louée pour sa peau claire, ses lèvres pulpeuses ainsi que sa taille svelte. Selon le chroniqueur officiel de la cour, Motamid Khan, « les relations que Shah Jahan entretenait avec ses autres femmes n’étaient rien de plus que celles liées au mariage. L’intimité, l’affection profonde, l’attention et les faveurs que sa Majesté vouait à Mumtaz étaient mille fois plus importantes que celles que Shah Jahan avait envers les autres ». C’est bien la preuve que les deux époux vivaient une véritable histoire d’amour, chose assez rare dans les mariages arrangés.

    Sa vie était rythmée par les actes de l’empereur à la cour. Elle passait sa vie au zenana, au sein des bains turcs, à entretenir sa beauté et se faire masser aux huiles douces par ses nombreuses servantes. L’après-midi pouvait être consacré à la promenade dans le Mina Bazar afin d’effectuer des emplettes de tissus, d’or et de pierres précieuses, ou bien dans les jardins et les cours rafraîchissantes où l’eau des grands bassins coulait à flot. Ce qui rendait ce loisir plus agréable sous des climats si torrides pendant l’été.
    L’oisiveté n’était pourtant pas l’essentiel de sa vie puisqu’elle composait aussi de nombreux poèmes en persan, jouait aux échecs, compulsait les albums de miniatures et gérait ses nombreux domaines terriens qui faisaient d’elle la femme la plus riche du royaume.

    Elle a toujours suivi son mari dans tous ses déplacements, comme lors des transhumances de la cour entre les deux capitales d’Agra et Delhi, transportée en palanquin soutenu par quatre serviteurs ou bien des chevaux, ou assise dans un howda à dos d’éléphant. Elle suivait encore l’empereur lors des campagnes militaires. C’est d’ailleurs à cette occasion, qu’elle trouvera la mort le 17 juin 1631 à Burhanpur, dans le Deccan. C’est là qu’elle fut enterrée une première fois avant d’être transférée au Taj Mahal construit à son intention par Shah Jahan. Il a pleuré son épouse perdue pendant une année entière et a été consolé par sa fille aînée mais quand il est réapparu à la cour, ses cheveux avaient blanchi, son dos était voûté et son visage ridé, ne voulant plus forcément s’intéresser à la politique ni aux affaires de l’Etat

    C’est donc pour rendre hommage à cet amour si légendaire, qui a inspiré le plus beau monument indien qui soit, que Nicolas de Barry s’est transformé l’espace d’un instant en parfumeur du couple impérial. Il a dédié une ode à la rose, la fleur préférée de l’empereur Akbar, que Mumtaz humait souvent sur les miniatures persanes qui la dépeignent.

    La Maison de Haute Parfumerie Nicolas de Barry
    Eau de Parfum pour Femme - Flacon 100 ml ou 60 ml

          Ecrivez un commentaire

          Parfum Mumtaz-i Mahal

          Eau de Parfum historique pour Femme : Rose blanche, Rose d'Inde de l'Himalaya, Santal

          Ecrivez un commentaire

          Menu